jeudi 18 août 2011

La fureur de tondre

Ami citadin,toi qui a une résidence secondaire à la campagne ou de la famille qui daigne vous accueillir en ces verdoyants lieux ,je te dédis ces modestes lignes...

Tu as bravement travaillé toute la semaine dans la "grosse ville qui pue"tout en fantasmant sur un idyllique week-end de repos avec le chant des zozios et le doux parfum des fleurs qui va bien...
Hélas,mille fois,hélas à l'instant venu,après la traditionnelle prise de tête avec ta femme qui veut transporter la moitié de la baraque juste pour un séjour de 48 heures et tes gamins qui ont du (c'est pas possible autrement) avaler des amphétamines en douce (celles que tu prends pour améliorer tes "performances" en vélo) ,la cruelle réalité te saisit le moment venu.
Au départ,tout ce passe à peu près bien:bonjour éventuel à la tite famille,préparation du gueuleton du soir;c'est le lendemain matin que ça ce gâte!

L'offensive commence vers 9 heures du matin quand Roger,chasseur qui a sa carte au "Front Nazional",a une subite envie d'essayer sa nouvelle tondeuse multi mulching à 14 vitesses;vous allez devoir subir le zonzonnement  de la bête pendant 2 heures étant donné que ce crétin adore avoir une pelouse nickel et va faire pour cela deux ou trois passages.
Le doux son monotone de l'engin accompagné des bruits aigrelets de l'herbe tondue,avec une gueule de bois,c'est moyen mais le pire est à venir car le campagnard est de tendance grégaire et c'est au tour de Paulette,votre trisomique de voisine qui a vu dans Femme Actuelle qu'on pouvait tondre en 8 étapes les buis en forme de petits caniches qui se met à l'ouvrage,armée d'un taille haies électrique hors d'âge.
Puis c'est au tour de Nestor qui fabrique depuis 12 ans une réplique du paquebot"France"dans son jardin d'y aller de son rabot électrique suivi de près par Kévin qui veut absolument installer un accessoire grotesque sur l'épave qui lui sert de voiture;sa spécialité?:la perceuse accompagnée de musique techno danceflor avec ses petits jurons d'exaspération hystérique (le pauvre a un QI de 80 et deux mains gauches,l'est pas aidé ce pauvre garçon...).

Comme dirait un ancien président, dans certains endroits,il y a "le bruit et l'odeur";c'est aussi le cas dans nos verdoyantes contrées (enfin verdoyantes,c'est vite dit,si vous habitez dans le Sud des Ardennes au dans la Creuse,il y a un pauvre arbre rachitique tout les 10 kilomètres entre des océans de champs cultivés).
Question odeur,après la moisson,vous avez le droit selon, l'endroit où vous habitez à plusieurs parfums:pulpes défraîchies,fiente de poulet,produit qui,ô merveille peut se stocker plusieurs mois sous forme de tas brunâtres et puer vaillamment durant tout ce temps et lisier.
S'y ajoutent les désherbants,les tas de végétaux verts de préférence sinon c'est pas drôle et les diverses émanations des engins thermiques précités,les peintures,vernis,enduits utilisés avec l'amateurisme le plus effréné.
Le top du top arrive fin Aout (sauf cette année bicause météo bizarre) avec le fameux son et lumière des faucheuses et autres engins agricoles qui travaillent halogènes à l'appui jusqu'à 4 heures du matin et transforment nos charmantes petites routes en piste de cross.


Heureusement,vous pouvez tout de même vous détendre en vous baladant dans les chemins et sentiers alentours en regardant de temps en temps s'il n'y a pas de chasseur en goguette (ne vous fiez pas aux dates de la saison ,beaucoup s'en branlent) ou un chien amateur de chair humaine.

Vous l'aurez compris,j'ai un peu grossi le trait et usé d'une mauvaise fois galopante,je dirait en conclusion que malgré ces petits désagréments,la campagne,c'est quand même mieux que la "grosse ville qui pue"!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire