mardi 16 octobre 2012

La raie au port

Nous arrivâmes enfin au port.
Tes manteaux pendaient là immobiles.
Beaucoup y avaient trouvé un gîte.
deux chevals attendaient dehors.

 

Bon,comme d'hab'n'étant pas sûr  de la qualité du texte,j'ai cru bon de maquiller le cadavre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire