vendredi 17 mai 2013

Chroniques de Crachin sur Engelure:Television Addict

Note:Suite à l’impossibilité temporaire et incompréhensible d'écrire sur ce blog,j'avais entrepris d'en ouvrir un autre.
Contre toute logique,celui ci est devenu rapidement caduc et j'ai pu reprendre mes activités ici;je vous mets donc après cet épisode les liens sur les quatre premiers textes des Chroniques.
La trame narrative des Chroniques est semi-fictive,les récits sont souvent muris,sans note ou presque parfois pendant plusieurs jours avant d'être écrits d'une traite"à l'arrache",il ne faut donc pas s' attendre à y trouver de grandes astuces stylistiques ni de structure complexe;j'aime écrire des conneries mais pas au point de me prendre pour un auteur.

Le grand père était revenu de l'hôpital,c'était déjà toute une expédition:médecins introuvables ambulanciers prévenus au dernier moment,tout le monde parti à droite à gauche,convaincu d'avoir deux trois jours de délai avant l'affaire.
Jusqu'ici j'avais échappé à toute la mayonnaise grâce à mon boulot-tout-pourri:pas de visites interminables ambiance Zola,pas de remake low cost de la Petite Fille Aux Allumettes.
C'est la gueule enfarinée que je me trainaint,tel Charles vers le domicile de mes aïeux pour aller aux nouvelles;personne!
Je repars et au bout de trois-quatre cents mètres tombe nez à nez avec une ambulance,une belle blanche et bleue ,rutilante comme un jouet,inside,le papy himself en train d'ourdir une séance de ronchonnage de son crû.
Les parents suivaient derrière mais je n'en savais rien,dix bonnes minutes d'attente because pas de clef,j'ai probablement évité aux urgentistes de se faire agonir n'empêche que j'ai essuyé les premiers tirs de semonce .
Après,soyons honnêtes,ça c'est assez bien passé même si l’intéressé a du se faire pendant ce temps là un bad trip façon Ulysse perdu dans la tourmente.

Là où ça a commencé à devenir sérieux c'est quand il a fallu à toutes fins allumer la télé,ma mère et ma grand mère seules capables de comprendre quelque chose à l'infernal tripatouillage auquel il fallait se livrer pour l'occasion étant parties aux courses.
On a tout essayé:la logique,des fois ça marche,le n’importe quoi,souvent plus efficace,les supplications ,incantations;on aurait même bien tenté un sacrifice mais le chat était moyennement d'accord...
L'ancien qui était censément incapable d'arquer a du coup pris les choses en mains et s'est mis à faire des aller-retours entre son fauteuil et le pauvre objet malade,faisant quelques tentatives de réanimation,sans succès.
Il faut dire que pour se taper sa dose quotidienne de présentateurs de jeux télévisés à bouclettes cocaïnomanes,il faut savoir dompter un antique téléviseur obèse de vingt kilos,un décodeur Canal+TNT et je ne sais pas quoi et je m'en fous vu que j'aime pas la télé avec une dose de branchements dignes d'une navette spatiale
 Il était bien sûr inenvisageable au bout de vingt minutes de calme bienfaisant mais inhabituel de ne pas entendre les rugissements de l'antiquité ,que les belles couleurs qui rendent aveugle ne viennent pas pourrir notre champ visuel,que les blagues encore plus faisandées qu'un charnier Serbe de Julien Lepers ne viennent pas anéantir inexorablement toute tentative de conversation et l'existence de toute pensée structurée dans un rayon de deux cents kilomètres.
Finalement,au retour des deux expertes,LA CHOSE a accepté de fonctionner;je soupçonne l'une d'entre elles d'avoir  sournoisement assené un solide coup de savate à tout le bousin...
introduction
Chroniques 1
Chroniques 2
Chroniques 3






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire