samedi 6 juillet 2013

2017:Bruits de couloirs: I:Planifier l'inculture

Du lundi 11 au vendredi 15 septembre 2017,le hasard a voulu que je sois affecté par mon entreprise à la réfection des couloirs longeant certaines pièces du Palais de l’Élysée.
Comme beaucoup de bâtiments luxueux anciens,l'endroit est parcouru de couloirs officieux menant parfois à des pièces dissimulées où à des issues de secours,voire à des tunnels.
C'est donc lors d'un de mes innombrables petits boulots sous payés que j'ai pu surprendre bien involontairement  une série de discussions entre le Président et Philippe Du Val,Ministre de la Culture.
N'ayant,sécurité oblige aucun moyen d'enregistrer ou même de noter les propos que je vais tenter de transmettre,je vais donc exposer leur contenu tel qu'il reste présent à ma mémoire.

Le Gouvernement a pour contrôler les facultés de ses citoyens à se poser des questions sur ses agissements ,à se poser des questions tout court d'ailleurs,a sa disposition depuis des décennies un organisme :l’Éducation Nationale .
La scolarité étant obligatoire,les prescripteurs de programmes peuvent contrôler ce qui est inculqué à la population,l'atmosphère qui règne dans les lieux d'apprentissage,et les méthodes d'apprentissages par  elles mêmes.
  -Une des premières voies à explorer passe par l'apprentissage de la lecture:il faut veiller à ce que ces méthodes soient complexes,contre intuitives pour mettre en difficulté le maximum d'élèves;l’État n'a besoin en fait que d'un ratio  d'environ une personne sur dix maîtrisant réellement la syntaxe et la rhétorique,le reste doit simplement,ne faisant pas partie de l'élite faire ce qu'on lui demande sans tergiverser.(exposé Powerpoint).
-Une fois ce déficit fonctionnel acquis,il faut se garder de stigmatiser ceux en difficulté et au contraire,au nom de l'égalité des chances Républicaine leur permettre d'accéder à des niveaux supérieurs d'enseignement ,cela permettra à leur établissement scolaire donc à l’État d'exercer sur eux une pression psychologique constante renforçant ceux ci dans l'idée qu'ils sont nuls,bêtes,handicapés ect...(plaidoyer graphiques à l'appui en faveur du maintien du Baccalauréat)
-Il faut à tout prix que l'élève même très mauvais reste le plus longtemps possible dans le circuit "éducatif"afin qu'il ne vienne pas grossir trop rapidement le rang des demandeurs d'emploi et de prestations sociales,le mauvais élève doit à la fin de son cursus être dépourvu de toutes capacités à s'ériger contre le système,il ne doit pas avoir acquis le minimum de bases pour assoir une critique cohérente de ce qui se passe autour de lui;il doit travailler à bas prix ou se contenter de quelques centaines d'euros et surtout disparaitre dans son trou et la fermer!(Graphique:comparatif de couts pour l’État entre un élève et un cas social)
-Mis à part l'apprentissage de la lecture qui est fondamental,d'autres matières scolaires peuvent être mises à contribution pour inférioriser l'élève et le détourner de sources essentielles de connaissances:par exemple les mathématiques qui par leur aspect abstrait et éloigné de la vie réelle peuvent rebuter à vie toute tentative de la plupart des cancres de vouloir se constituer des bases scientifiques.(Exposé de quelques arguments publicitaires et journalistiques fallacieux,rires gras)
-Il faut enseigner les mathématiques de la façon la plus sèche et artificielle possible afin de rebuter la plupart des citoyens vis à vis de toute notion demandant une réflexion abstraite;un" handicapé scientifique " pourra sans problème gober toutes les inepties que leur serviront les médias qui,pédagogues,serviront le prêt à penser qui mettra à l'aise le béotien.
-Il faut particulièrement bâcler l'enseignement artistique car l'art est l'un des seuls moyens alternatifs pour ceux qui ne sont pas en phase avec la société leur permettant de s'exprimer,l'art est dangereux car il génère de la réflexion,des idées nouvelles et pousse son auteur et ses spectateurs à enrichir leurs univers personnels,hors,une personne cultivée si elle n'est pas contrôlée par l’Éducation Nationale est un danger potentiel pour la Nation.
-La stigmatisation narcissique que peut induire la pratique de sports ne doit pas être négligée:un enfant puis un adulte mis à l'écart car ne correspondant aux normes physiques de son entourage sera à vie une victime,un dépressif sans ressort qui ,dans le meilleur des cas se supprimera,Darwinisme oblige,dans le cas contraire,ce sera l'être le plus malléable ,le plus docile;admis dans les plus hautes sphères du pouvoir,ce pourrait être,s'il a réussi à acquérir un niveau intellectuel correct une sale crapule  aigrie à manipuler à notre guise!(Exposé:corrélation entre obésité et handicap physique et rang dans la société)
La résultante de tout cela est qu'il faut mettre en place des techniques éducatives qui feront le tri entre les dix ou quinze pour cent de personnes à la fois d'intelligence supérieure et moutonnières (un rebelle avec un QI de 130 n'a aucun intérêt) et qui ravale au rang d'inférieurs,d'indésirables tout le reste qui devra se contenter sans broncher des quelques miettes que les puissants ou leurs marionnettes voudront bien leur laisser .
Nicolas Sarkozy se montra enthousiaste à cette diatribe,oubliant d'ailleurs un peu vite qu'il avait été un élève besogneux et donna carte blanche à son nouveau Ministre pour mettre en place le "tri sélectif"(rires gras)
Je croyais avoir assisté à la conversation la plus scandaleuse entre puissants qu'il m'eut été permis d'imaginer.
Ce que j'entrendrais le lendemain serait pourtant encore pire...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire