lundi 5 août 2013

2017:Dream Factory 2:"Les rêveurs pauvres"

Durant la courte existence de cette émission phare du service public,les "casteurs"charger de sélectionner et de désigner les candidats ont été confrontés à un problème qui pourrait trivial au profane mais qui était en fait très préoccupant:
Avant d'avoir accès au Saint Graal des huit chambres de la "Dream Factory" ,les postulants devaient passer une série de tests et d'entretiens pour prouver leur motivation et leur aptitude à faire une prestation scénique convenable.
Dans la première saison,on prit comme c'était l'usage un assortiment de bellâtres et de pouffes vulgaires et exhibitionnistes et on l'on fut prodigue de drogues récréatives pendant le tournage.
Il y eu bien des rêves mais quels rêves:des assemblages de stéréotypes,du cut-off à la Kerouac mais avec des romans Arlequins et des revues pornos et toujours,enfin souvent du"gros son",cette saloperie de gros synthé techno bas de gamme qui venait bien pourrir l'ensemble.
Il fallut bien désigner un lauréat et c'est le moins atteint d'entre eux qui rafla les 100 000 euros.
L'équipe,la production se dirent qu'ils était tombés à leur insu sur un essaim de trisomiques et décidèrent de faire paraître désormais des jouvenceaux certes tout mimi tout plein mais qu'il faudrait qu'ils aient un minimum de cervelle.
Peine perdue,certes il y avait un chouia de progrès mais on restait sur la même tambouille de base:du cul,des grosses bagnoles,des cyborgs ninjas venus du futur en costumes moulants métalliques,là comme  on l'a d'ailleurs dit à cette brave Withney*,il y avait un problème:il fallait se rendre à l'évidence:la culture musicale et cinématographique bas de plafond ne se contentait de rendre les gens cons à l'extérieur et temporairement,c'est l'imaginaire intime qui était durablement touché au point que certains journalistes parlèrent de "rêveurs pauvres".
Bien entendu,impossible de rendre ceci public et de discréditer des industries aussi lucratives,il fallait impérativement trouver de vraies pépites pour la saison 3 et enlever vite de l'esprit des gens que l’intérieur de leur crâne était en jachère version Nagasaki.
On essaya de tout,IRMf à l'appui:des artistes,des scientifiques et même d’authentiques psychopathes qu'il fallait calmer entre deux prises,il fallut près de huit cents essais pour fournir à l'équipe technique une dizaine de gugusses pas trop constipés du bulbe.
L’émission eu enfin le succès planétaire qu'elle méritait et les créations oniriques  furent enfin de toute beauté,malheureusement un candidat a finalement mal réagi entre le cocktail drogues récréatives  /"relaxants"/traitement de fond contre les psychoses,il s'en ait fallut de peu qu'il étrangla l'invité d'honneur de l'émission.
Qui aurait pu soupçonner une telle sauvagerie chez ce brave obèse pantouflard?:
Les médecins qui s'étaient écriés six mois plus tôt"oh non,surtout pas lui"mais c'est connu,on ne respecte jamais l'avis des bons spécialistes...

Comme dans un film Américain/Slate

*"Houston,on a un problème",c'est officiel,cette blague pourrie vient d'être utilisée pour la 10 000ème fois...





Ajout du 01/09 :article de Slate sur la possibilité de "filmer" nos rêves: Slate rêves IRM

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire