lundi 28 octobre 2013

Kang'/les ravages du Body Tuning II (2017/2047)

Attention:lecture déconseillée aux moins de 16 ans.
Ceci est une fiction et ne rejoint en aucun cas les opinions et les orientations de l'auteur.


source:barryreese.net

J'avais évoqué précédemment les outrages douteux que les individus des années 20 à fin 40 avaient fait subir à leurs corps sous le prétexte fallacieux de progrès médical mais j'ai presque failli oublier le pire...
Le pire,c'est"Kang"
Non,Kang' n'est pas un tortionnaire ou un empereur intergalactique au regard sournois et bridé dans un Pulp Américain des années 50-enfin 1950-,c'est une merveilleuse invention de Body Engineering ldt,une trouvaille de la délicieuse Mélissa Zermi a qui l'on doit reconnaître le courage d'avoir testé sur elle même le "process".
Le concept de "Kang" est simple:à partir du sixième mois de grossesse ,parfois plus tôt pour celles qui profitent de l'occase pour s’empiffrer,la présence d'un embryon dans le corps féminin pose des problèmes d'ordre musculo-squelettique.
Si l'on parvenait à extérioriser la charge supplémentaire afin d'épargner l'organisme,il en résulterait un confort largement accru pour la parturiente l'accouchement serait largement simplifié et ne relèverait plus pour les primipares de la torture médiévale.

Si élever un embryon de quelques semaines dans un milieu artificiel est relativement simple,la maturation d'un corps abouti est beaucoup plus complexe.
Expériences à l'appui ,il a été possible de mener une grossesse artificielle à son terme mais au prix de déficiences locomotrices et mentales irréversibles pour les cobayes.
Il fallait donc pour le bien de l'enfant permettre un contact fréquent avec sa mère tout en l'isolant de sa matrice.
Kang'(abréviation commerciale de kangourou) était la solution:c'était une sorte de sac thermo-régulé par lequel passait un cordon ombilical"amplifié"et un drain placentaire relié au corps par le biais d'une gaine renforcée.
En gros,ça se présentait comme un sac souple et progressivement extensible semi-autonome avec une connectique biologique d'environ un mètre vingt;la maman pouvait porter son enfant façon sac à dos,dans une écharpe de grossesse voire carrément laisser le module sur le côté pour pouvoir dormir confortablement,faire du sport ou d'autres activités que je trouve inutile de détailler,c'est déjà assez sordide comme ça !

Simple en apparence l'invention mettait en fait en œuvre des procédés délicats:
-Il fallait dans un premier temps prélever des cellules souches sur la mère au début de sa grossesse pour permettre à des cellules tissulaires du placenta de coloniser l’intérieur du sac .
-Plus compliquée était la mise en place par le même procédé d'une extension ombilicale: il fallait obtenir au moins soixante centimètres de cordon supplémentaires du même diamètre et pouvoir ensuite les greffer à la fois à l'embryon et au cordon original,une petite merveille de prothétique et de micro-chirurgie.
-il fallait assurer un transit sécurisé du liquide placentaire de l'abdomen de la mère vers le sac themo-régulé par le biais d'une pompe externe  robuste et stérile
-Bien entendu,dés le sixième mois écoulé,il fallait extraire l'embryon et tout mettre en place ,l'incison d'extraction servant ensuite à faire passer le cordon et le drain.
-Quand au sac par lui même,sa thermo-régulation serait tout bêtement assurée par le biais de micro-tubes flexibles emplis de fluide neutres et chauffés ou réfrigérés par des batteries rechargeables comme dans les sous vêtements utilisés pour les astronautes .

Le Kang' fut rapidement un succès malgré la présence de risques et les designers se lâchèrent rapidement:le Kang d'abord blanc,bleu ou rose se vit bientôt chargé de différents motifs et accessoires,on évita même de justesse le modèle avec une fenêtre transparente permettant de "profiter du spectacle"et celui muni d'une caméra infra-rouge;bien sur des versions hackées firent leur apparition mettant parfois en péril
 les fonctions de base et donc le déroulement de l'extra-grossesse.

Malgré la maitrise de tous ces procédés et le grand soin qui fut apporté à la fabrication de ces appareils,on constata à long terme une fragilité immunitaire et un déficit intellectuel chez les enfants "nés" selon ce procédé.
L'interdiction en 2049 du Kang' provoqua six mois d'émeutes et d'attentats en Europe de l'Ouest à cause des nombreuses femmes qui avaient adhéré à cette technique et qui refusaient de repasser par des grossesses naturelles "dégradantes"selon leurs termes.

Bonus du 31/10/13







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire