dimanche 10 novembre 2013

Le Radotafon"(Chroniques/ 2017)

Qui ne s'est pas rendu d'un pas hésitant voir ses aïeux: on aimerait bien discuter avec la grand mère mais le papi va vouloir aussi taper la tchatche ,hors,il a des pets au disque dur,l'ancien,ça rame,ça bugue...
le "Radotafon" se proposait de remédier à ce problème:c'était un collier avec une batterie lithium-ion autonome  couplée à un capteur de vibrations associé à un petit processeur.
L'interlocuteur pouvait ainsi fixer un seuil tolérable de vocalises en deçà duquel  l’appareil envoyait de discrètes et très désagréables impulsions électriques.
L'objet rapidement interdit de par sa trop proche similitude avec des colliers de dressage pour animaux était censé inciter le locuteur à utiliser sa parole avec plus d'à propos et de parcimonie.
Le problème fut résolu avec le "Radotafon 2.0"beaucoup plus élaboré:en fait à l'instar de certaines applications de tablettes,l’appareil était capable de reconnaître par le biais des vibrations du larynx certains mots clés,mots tabous qu'il valait mieux éviter dans une conversation si l'on ne voulait pas au choix recevoir une petite décharge ou se prendre un peu de larsen dans les appareils auditifs,la parole n'était plus limitée arbitrairement dans son volume mais orientée vers une certaine qualité.
Malgré les nombreux et indiscutables services que ce dispositif apportait à la société,il fut définitivement interdit en 2020 quand des personnes avisées s’aperçurent que chez les plus jeunes un jeu cruel consistant à inciter la personne âgée à prononcer les mots programmés fit rapidement fureur.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire