lundi 2 décembre 2013

Les coins à branlettes de tonton Gustave (Chroniques...)

Lecture déconseillée aux moins de 16 ans

Il était bien brave,ce tonton Gustave.
Pas le mec méchant,au contraire;son truc,c'était les champignons;il s'y connaissait en champignons.
L'automne arrivant,on le voyait partir avec son petit panier on osier,sa petite outre en peau de chèvre dument remplie de goutte maison et un casse dalle d'une taille respectable et copieusement garni parce que" la marche,ça creuse"...
On le revoyait pas de la journée,faut dire qu'il avait du temps libre avec son allocation handicapé je-sais-plus-quoi ,il nous en parlait souvent mais vu que c'était compliqué,personne ne retenait le nom du truc.
Pis un jour voilà t'il pas qu'il nous revient, le Gustave,à peine à l'heure de l'apéro,plus de panier,plus d'outre,il était tout tremblotant,il allait nous claquer dans les pattes,l'animal!
Pas moyen de le calmer,il avait la mousse aux lèvres et tenait des propos décousus où il était question de "petite chinoise avec des cuisses musclées";finalement,c'est le véto du coin qui nous l'a récupéré en lui refilant une solide injection de tranquillisant pour les chevaux,comme quoi les remèdes de cheval,ça a du bon...
En tous cas après ça,y'a pu eu de champignons,ça faisait drôle vu qu'en fait il donnait presque tout vu qu'il "pouvait pas les digérer";je crois que c'est la liqueur maison qui passait mal plutôt mais,bon,pourquoi aller le vexer notre bon Gustave?
Il vira "safari" notre gugusse, on le vit bientôt se trimballer avec un trépied,un appareil photo,un vrai,pas une cochonnerie numérique,les téléobjectifs faisaient concurrence aux monumentaux sandwiches,il avait aussi dégoté une tenue de camouflage que n'aurait pas renié un Para;bizarre tout ça...
Il a fini par se faire chopper par le garde forestier avec ses "reportages",faut dire qu'il était pas discret pour un rond et parlait devant une assistance médusée de champ,contre champ,grain de l'image;un mec qui savait à peine lire,faut pas déconner non plus!
Le tonton s'était fait tranquillement une "collection",usant de sa patience légendaire pour repérer les bons "spots",là où les lycéens du coin allait flirter et plus si affinités.
On retrouva chez lui tout l'attirail du photographe amateur avec les révélateurs,la chambre noire,quinze qualités de papier photo différentes,des revues techniques en Anglais et en Néerlandais ,lui qu'était déjà assez emmerdé comme ça avec le Français;on s'aperçut surtout qu'il s'était arrangé pour "tirer le portrait" de toutes les jeunes femmes regardables du coin s'arrêtant pudiquement au stade de la suggestion.
Étonnement, le résultat était loin d'être dégueulasse au point que les revues spécialisées non dans le porno mais bien dans la photo s’intéressèrent à lui.
Après avoir purgé ses trois ans de prison,Gustave fut rapidement contacté par un galeriste parisien,se vit exposé dans une rétrospective intitulée"la photographie érotique à l'état brut".
Il exerce maintenant son art au Bahreïn mais ne néglige pas de nous rendre de temps en temps visite dans un Hummer rouge cerise que même Philippe Druillet n'aurait pas osé dessiner.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire