mercredi 15 janvier 2014

Mars/échec I / 2043

Les instruments étaient formels:il y avait bien de l'eau sous forme liquide sur Mars pas simplement aux pôles mais aussi dans quelques rares sites au climat un peu moins rude sous forme quelquefois de vapeur d'eau sous pression confinée dans des poches rocheuses .
Un site en particulier attira l'attention des scientifiques puisqu'il était situé dans une région où les températures descendaient rarement en dessous de - 70°c ce qui faciliterait la récupération du précieux liquide avant qu'il ne sublimasse bêtement rapport à la faible pression atmosphérique .
L'endroit se situant à moins de 60 kilomètres de la base Mars One,inutile de dire que ses résidents l'eurent mauvaise,eux qui devaient se contenter depuis plus de dix ans d'une eau rare et douteuse souvent fabriquée artificiellement à l'aide d'un appareillage poussif qui n'avait rien à envier aux Shadocks.
Grâce à cette trouvaille,c'est tout un programme de serres de production végétale qui pouvait être lancé.
L'affaire cependant n'était pas simple:il fallait d'abord repérer avec certitude la faille qui permettait un accès à la poche située à une bonne centaine de mètres de profondeur puis,puisqu'il était évidement impossible de forer au delà de quelques mètres d'en provoquer mécaniquement l'ouverture verticale dans des proportions raisonnables en déclenchant un explosif souterrain.Une capsule rigide chapeauterait tout le dispositif en attendant que le débit du flux humide soit contrôlé et protégé du gel et des pressions trop basses.
Malgré le refus catégorique des autochtones de venir prêter main forte aux robots et automates chargés de tout installer-ils n'avaient,on les comprend toujours pas digéré la certaine désinvolture avec laquelle ils avaient été ravitaillés*-tout se mit en place sans incident majeur:les tentes flexibles à structure gonflable se mirent à pousser tels des champignons sur le sol rouge et corrosif,les panneaux solaires sis en bas des modules fournirent rapidement leur précieuse énergie permettant l'extraction des argiles présentes sur place et vouées à servir de substrat et rendant possible le précieux processus de production d'hydrogène liquide et d’oxygène dont les premières bombonnes furent royalement offertes aux récalcitrants.

*sujet normalement d'un autre récit mais je n'ose pas trop m'avancer au vu de mon activité sporadique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire