dimanche 16 février 2014

Le lâcher de grippe/Mauvais timing (Perdus dans le futur)

En octobre 2019,l'impensable arriva:les principales souches virales de grippe se mirent à muter en même temps non pas comme on essayait de nous le faire croire depuis des années en super Armageddon de la mort qui tue mais en une frêle bactérie sensible à la dessiccation et aux ultra-violets;en gros il n'y avait pas ou peu de malades.
Si le grossier populo se réjouissait de ce fait,ça renaudait au contraire sévère dans les pharmacies,les laboratoires;tirage de gueule en quadrichromie sur papier glacé 280 grammes chez les généralistes,têtes d'enterrement aux pompes funèbres...
Pourtant comme chaque année,le Ministère de la Santé avait commandé des stocks de vaccin,des bons en plus,pas ceux à l'aluminium...
Il fallait agir vite car il était inenvisageable de rater la grippe saisonnière,c'était les soldes,les fêtes de Noël ,la période des blancs des fabricants et revendeurs de capsules et injections en tous genre;on aurait l'air fin en avril avec nos palettes de mixtures,de gélules,de piquouzes,on pourrait toujours les revendre à bas prix aux pays Africains une fois qu'ils seraient périmés comme en 2012*mais ça ne remplacerait pas la pratique ordinaire...

C'est encore un responsable marketing de la grande distribution qui trouva la solution idoine:il suffirait "d'améliorer" l'air passant par les climatiseurs  en lui ajoutant les petites bestioles adéquates pour que tous ces cochons de consommateurs se retrouvent au plumard avec un suppo dans le cul et une petite tisane,les magasins pourraient d'ailleurs amortir ainsi leurs frais de chauffage en touchant des royalties sur les prestations médicales.
L'idée pour brillante qu'elle fut devait être accompagnée d'une solide logistique:il fallait d'abord choisir l'heureuse élue,la grippe qui pénètrerait rapidement et profondément dans l'arbre respiratoire sans faire sa sucrée  et sans trop zigouiller ses hôtes histoire que l'industrie et le commerce ne manquent pas d’esclaves puis la cultiver en masse sur un support adapté;easy,terrorisme level 2!
Ensuite,il fallait disperser la bête mais pas n'importe comment:si on lâchait trop de "parfum d'ambiance",ça pourrait être nuisible au business,il fallait donc opérer des rotations par villes,par quartiers,magasin par magasin,éviter de trop toucher les improductifs qui n'auraient pas de toutes façons les moyens de se soigner et qui endureraient leur mal en patience sans rapporter un kopeck à leurs bienfaiteurs,les sots!
Le plus dur,finalement était de faire passer cette opération quasi militaire pour une chose tout à fait naturelle,il fallait donc bien bourrer le mou aux médias façon Monsanto-Fukushima,envoyer les rares journalistes récalcitrants en investigation dans des pays craignos ou sur le Paris-Dakar en priant pour qu'ils se fassent enlever,buter par des psychopathes ou un truc du genre.

En décembre 2019,il y eu donc contre toutes attentes une belle épidémie de grippe bien velue,bien glaireuse,postillonnante à souhait.
Hélas,le taux de propagation fut plus élevé que prévu et si les initiateurs de cette opération se frottèrent les mains (et se les lavèrent soigneusement ensuite),l'industrie du tourisme montagnard se prit un uppercut façon Mohamed Ali et les trafiquants de boustifaille festive se suicidèrent par paquets de douze:pas évident de bouffer du gras et d'ingurgiter de l'alcool quand on a 39 de fièvre et des courbatures!

*véridique!

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire