samedi 1 février 2014

Le prompteur miraculeux (Mauvaises Nouvelles du Futur/MNF 2017)

L'animateur était anxieux,on voyait bien que malgré son attitude neutre et professionnelle,quelque chose clochait.
Pourtant,tout avait été réglé au quart de poil:le public avait été soigneusement filtré pour éliminer dans la mesure du possible les petits plaisantins,le plateau bénéficiait d'un service de sécurité volontairement peu discret digne d'un ministère,l’emblématique oreillette qui ornait d'habitude le pavillon auditif droit de la vedette avait été remplacée par un prompteur extra plat dernier cri.
les consignes étaient simples:le texte à débiter apparaîtrait en blanc les indications de la régie s'inscriraient en bleu ,bien sur, cela n'évitait pas les pièges inhérents à l'improvisation.
Trois minutes avant l’antenne, la tension était palpable et la star dut se résoudre à avaler un anxiolytique,sa cure de désintox éclair était sans doute un peu trop radicale mais il n'avait pas le choix,il s'était fait pincer quelques semaines auparavant pour quelques grammes de cocaïne avec garde à vue amende et paparazzi à la clef,c'était du direct et,en cas de mauvaises surprise,c'était aussi sa dernière émission.
De prime abord,abstraction faite de quelques ricanements,l'émission suivit son cours normal et les témoignages sordides de cas sociaux et de psychopathes invités pour l'occasion se succédèrent entrecoupés par des mini reportages dévoilant toute la médiocrité de leur existence.Puis,sans crier gare,le texte affiché sur le prompteur se mit à disparaître brutalement puis fut remplacé par des propos incohérents d'un beau rouge vif où il était question d'évènements supposés se dérouler dans un futur proche.
Il était évident que des hackers avaient réussi à pirater la liaison sans fil qui reliait l’appareil à l'ordinateur central.
Il fallut quelques secondes de trop à l'animateur perturbé pour se rendre compte de l'ineptie de ce qu'il racontait,il passa rapidement par la case Pôle Emploi et ne toucha pas 20 000 euros...  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire