dimanche 16 mars 2014

"Culture Kub"(AAAARGN!)

Source:Les Nuls,émission n°16

La lecture c'est sympa mais il faut bien l'admettre,c'est atrocement chronophage,en plus,la plupart des auteurs diluent pour faire les intéressants et va y que je te pète des descriptions,que je te claque une douzaine de personnages avec des surnoms et des diminutifs,que je ramène ma science comment je connais l'histoire,la biologie moléculaire,les feux de l'amour (rayez les mentions inutiles)...
Heureusement,une bonne âme a inventé "Spritz",je sais ça sonne comme un gros crachat et c'est en fait à peu près le concept de base:Spritz est une application censée vous faire lire deux ou trois fois plus vite,vous pauvre péquenaud qui trainassez comme moi à 200 mots par minute.
Là,on est dans la performance pure alors il faut réduire le texte à ses éléments constitutifs les plus simples:déjà le bousin ne nous affiche qu'un terme à la fois histoire de pas trop vous chauffer le ciboulot et les mots présentés sont alignés sur un axe central,en équilibre sur la première partie du mot qui suffit à sa compréhension .
Grâce à cela,l'oeuil n'a plus à se déplacer de gauche à droite,le cerveau enregistre en pulsations stroboscopiques les informations.
"La Recherche du Temps Perdu?",hop,douze minutes montre en main!,1Q84?allez,une demie heure en lambinant un peu,Cosmos Incorporated et Grande Jonction? vingt cinq minutes à tout casser...
Non,sérieusement qu'est ce que c'est que cette façon de décortiquer les textes,que peut on retenir en se bouffant un millier de mots,adjectifs,noms propres à la minute sur un écran minimaliste et minuscule dans le brouhaha permanent de la faune urbaine?Déjà que de se taper un article de Science et Vie en attendant chez le médecin entre deux vieillards crachouilleux et un RSisite trop fauché pour sortir les trois euros nécessaires à l'achat d'anti-douleurs pour une dent qui le fait souffrir depuis dix jours et qu'il n'aura jamais les moyens de faire soigner s'il n'habite pas près d'un hôpital public n'est pas évident...

Par la magie divine décérébrée et mécanique du générateur de texte,finis la mise en page,les paragraphes et les éventuelles illustrations,à la poubelle la ponctuation,pas de retour en arrière envisageable,ça doit se gérer dans l'urgence comme une subite envie de pisser,pratique pour lire du Dostoïevski ou du C Clarke,tiens!
Joies du progrès,le texte est compacté,rationalisé,laminé,haché ,lyophilisé;lire n'est plus un luxe ,une parenthèse que l'on peut s’offrir entre deux abrutissements de masse à savoir le travail et la télévision;non,malheureux,on est maintenant à l'époque du sprint,de la gonflette neuronale,le regard doit être perçant, l'esprit affuté comme un katana,le consommateur doit être fin prêt pour le seppuku!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire