vendredi 7 mars 2014

Mon premier drone (Perdus dans le futur)

 

En lançant un petit aéroplane modulable inspiré librement des modèles utilisés par l'armée ou les équipes de télévision,un célèbre fabricant de jouets ne se douta pas un instant  qu'il allait être à l'origine d'un phénomène sociétal inquiétant.
Son offre paraissait de prime abord inoffensive:on pouvait acheter une sorte de kit de base composé d'un objet volant réduit à sa plus simple expression et d'une tablette-télécommande permettant de piloter l'engin dans un premier temps de visu pour les néophytes puis par écran interposé grâce à deux caméras:une panoramique situant l'objet dans l'espace et une de visée ou de précision permettant de restreindre le champ visuel ,de zoomer pour atteindre un but précis;un logiciel d'aide au pilotage inclus dans la télécommande couplé à un gyroscope et un module GPS inclus dans l'ordinateur de bord du véhicule facilitant la manœuvre.
Bien entendu,le pilote amateur pouvait ensuite acheter plein de petits modules pour personnaliser son acquisition  et la programmer en conséquence.

Malheureusement,des "petits malins" à la recherche de "matériel actif"bon marché et facilement accessible se rendirent rapidement compte des possibilités de ce gadget sophistiqué:l'engin s'il n'était pas réellement furtif était suffisamment discret pour créer un effet de surprise et,au prix de légères retouches dans le software livré avec le kit,pouvait presque rivaliser d'habileté avec du matériel bas de gamme militaire exclu du marché civil et de toutes façons dix fois plus cher.

Ce fut bientôt l'escalade chez les assassins,saboteurs et psychopathes en tout genre,un site crypté retransmettant des shots tournés in situ fut consacré à la créativité de ces individus peu recommandables,on s'y échangeait des modus operandi de meurtre et d'attentats comme si l'on parlait de recettes de cuisine,des concours furent lancés .
Petites fléchettes au cyanure,bras robotisé trifouillant dans le pilulier de Papi ,taser aérien utilisé contre des épileptiques sans oublier la bête et méchante avarie de gaz provoquée et l'indémodable mission suicide à l'explosif,tout fut tenté par ces crapules qui de plus se faisaient quelquefois rétribuer grassement en diffusant ces snuff movies. 

C'est grâce à l'un de ces joyeux bricoleurs qui eut l'idée "géniale" de partager ses exploits sur Youtube que l'on prit la mesure de la gravité de ce phénomène.
Jusqu'ici,les autorités avaient bien remarqué une augmentation des crimes dépourvus du moindre indice mais elles avaient considéré cela comme une conséquence logique due aux progrès de la police scientifique :en effet comme des sportifs de haut niveau ne voulant pas se faire chopper,les meurtriers avaient sans doute obtenu un niveau d'expertise suffisante pour demeurer à coup sur impunis;il était de plus sans doute impossible en utilisant un raisonnement cartésien de faire le rapprochement entre le succès populaire de ces jouets pour ados et jeunes adultes et ce qui ressemblait de plus en plus à une boucherie fratricide à grande échelle.

Évidemment,tous ces beaux joujous furent rapidement répertoriés,localisés et confisqués par la Police,la Gendarmerie et même l'Armée pour les cas les plus graves,les individus les moins coopérants.
On promit des sanctions exemplaires pour ceux qui étaient passés à l'acte par drone interposé et pour ceux qui avaient créé ou diffusé les informations rendant possibles ces méfaits.
En réalité,ces "braves gens" furent -pour les plus talentueux d'entre eux- recrutés par les Services Secrets et n’eurent rapidement plus de soucis à se faire pour leurs cotisations retraite.
Il se dit même que l’assassinat de Vladimir Poutine en 2022 dans sa datcha Géorgienne au début du second mandat consécutif de Nicolas Sarkozy serait imputable à un adolescent boutonneux génie en informatique chapeauté par des collaborateurs compétents. 

 

Ajout du 15/03:cet article  peut attester que je ne raconte pas que des conneries..

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire