mercredi 30 avril 2014

Just don't sing! (playlist/AAAARGN)

On m'avait pourtant prévenu que Patrick Sébastien allait sortir un nouvel album,mais jamais je ne m'étais rendu compte de l'ampleur de la catastrophe à venir,il faut dire que ça fait au moins six ou sept ans que je ne regardait plus la télé ;la seule que je possède encore n'est pas compatible avec le réseau numérique et inclut un lecteur VHS.
Titillé par la putassière campagne de pub accompagnant l'évènement entrevue sur un écran familial,je me suis donc ensuite fadé imprudemment,par simple et malsaine curiosité un extrait du nouvel opus de l'auto-proclamé amuseur public.
Je ne m’attendais pas certes à y découvrir des trésors d'inventivité,des mélodies subtiles,même la présence d'un trait d'humour pas trop grossier,d'une référence journalistique ou littéraire pas trop tarte ou simplement d'une velléité d'improvisation me paraissaient improbables.
Mais là,même s'il ne faut pas,j'en suis conscient juger du contenu d'un album sur un titre qui aurait été maladroitement mis en avant,j'en suis resté estomaqué le gugusse ayant quand même réussi en un peu plus de trois minutes à concocter un amalgame de références musicales ringardes traitant donc ouvertement son public de ploucs bovins et illettrés,de paroles d'une pauvreté Hallydayesque le tout recouvert par une musique de supermarché bas de gamme et criarde.
J'ignore si piétiner la gueule des clients potentiels et leur cracher dessus constitue le fin du fin des nouvelles techniques de marketing mais je tiens à témoigner sur ce modeste espace de ma révulsion la plus totale envers ce bouffon cynique et abject personnification ultime de l'arrivisme et de la sous culture capitaliste de droite encensée par le gouvernement actuel*.
Avant donc la sortie de cette probable bouse intergalactique (et encore,nous ne savons pas ce qui ce passe ailleurs),je me suis donc donné pour défi de vous proposer une cinquantaine de minutes d'abominations musicales,d'insultes aux langues françaises et Anglaises et aux règles élémentaires du bon gout enfin d'exercer une sorte de contre pouvoir-enfin avec mes quatre lecteurs qui se battent en duel c'est pas gagné mais le cœur y est-seule consolation,le titre phare due l'album figure déjà dans le" palmarès de la honte qui tue" de Yolo Musique que je remercie au passage.
Donc hormis le premier titre des Troggs qui sert d'alibi contextuel à la suite de tristes tentatives musicales et qui est à mon avis un des meilleurs titres"garage"de tout les temps,la compilation est donc l'équivalent d'un missile nucléaire envoyé conjointement à l'auteur de cette triste suite de vomi sonore et à ses fans lobotomisés.
Des taquins me rétorqueront qu'il faut combattre la médiocrité par l'exemplaire qualité,qu'il aurait été plus opportun de convoquer des auteurs prestigieux .
Honnêtement,je n'en suis pas sûr et préfère tabler sur le fait qu'on ne peut faire prendre conscience à un individu de ses propres erreurs qu'en lui fourrant le nez dans sa propre merde.
Incidemment,voici donc un aperçu de ce qui constitue pour moi la pire chiasse musicale.



*CF:Article à venir:"démocratie,mon cul!"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire