jeudi 17 avril 2014

Speakeasy II:"stabilisation"(Mars échec/MNDF)

Désolé pour le vrac chronologique des épisodes,j'avais prévu de faire un récapitulatif mais ça me fait maintenant un peu peur...

Après la réparation rapide et experte du module d'accroche de la longe reliant le vaisseau et le nouvel habitat martien,Speakeasy avait pleinement démontré la pertinence de sa présence dans la mission,mieux,c'est lui qui avait proposé le modus operandi le plus efficace et le plus économe en ressources malgré la présence d'un ingénieur aéronautique à bord et l'assistance du personnel au sol .
Ce fait amenait l'ensemble des responsables et commendataires de la mission à se demander si ce modeste robot avait réussi à atteindre"le Seuil";ce fameux "Seuil" ayant été atteint avec des supercalculateurs fixes en 2025 ,son avènement sur un système autonome via les processeurs quantiques n'était qu'une question de temps d’espionnage industriel et d'argent.
Ceci en tous cas posait deux problèmes.
Premièrement l'installation d'une intelligence artificielle pouvant rivaliser avec celle de l'homme avait été formellement interdite en 2028 sur des systèmes pouvant se déplacer et dotés de moyens d'action potentiels sur leur environnement-le matériel militaire officieux était clairement visé-Si Speakeasy d'une façon ou d'une autre était parvenu à franchir ce "Seuil",la Nasa et ses partenaires étaient tout simplement hors la loi!
Deuxièmement rien à priori ne pouvait expliquer comment un perroquet robotisé haut de gamme était parvenu à ce stade alors que son système logiciel ne lui permettait justement pas!
C'est en épluchant soigneusement l'historique des opérations informatiques effectuées à partir de l'ordinateur de bord que les spécialistes purent enfin comprendre:en parasitant les senseurs d'alarme enfin d'effectuer son chantage sur l'équipage,Speakeasy avait involontairement provoqué une faille dans la sécurité de l'unité centrale qui s'était mise en veille.Le système de secours beaucoup plus rudimentaire et sommairement protégé contre les intrusions externes théoriquement impossibles:qui irait et pourrait hacker un ordinateur se situant à plusieurs dizaines de millions de kilomètres de la Terre? lui permit de faire monter la pression sur ses collègues en pouvant potentiellement mettre leur santé  en jeu et surtout lui fournit facilement l'accès à toutes les entrées possibles dans le système central.
Bizarrement,le personnel au sol ne fut pas plus que cela inquiet de ce phénomène:le robot était bien entendu doté d'un programme"Assinov"lui interdisant toute action délétère sur ses partenaires-la composante psychologique étant ceci dit sans doute à améliorer- et le commandement de la mission confié par principe au plus expérimenté et au plus compétant ne pouvait être disputé au vétéran,héros rescapé d'une mission lunaire qui avait mal tourné.
Cependant il était tout à fait possible que le binôme ordinateur central/Speakeasy surpasse maintenant les capacités cognitives et réflexes de tous les membres de l'équipage,la Nasa ne pourrait pas dans ce cas se passer de l'expertise de l'ensemble ;l’hypothèse vite abandonnée de l’installation de pionniers sur Mars qui devraient attendre pendant deux ans et demi l'arrivée d'une relève au lieu de repartir au bout de six mois comme cela avait été finalement décidé et coordonnant l'action d'automates installant des composants pour une vaste colonie refaisait sournoisement surface:il suffisait de "suggérer" à Speakeasy de faire une "erreur" de calcul dans l'approche finale du module martien afin que celui ci se retrouve suffisamment près du matériel déjà posé mais trop loin de l'unité de fabrication de combustible pour permettre le remplissage des réservoirs;coincés sur place,les spationautes seraient bien forcés d’utiliser le matériel mis à leur disposition pour survivre et de mettre en fonction les modules d'habitation et de production énergétiques et alimentaires s'ils ne voulaient pas crever de faim et geler comme de vulgaires clochards!
En attendant,signe encourageant pour les experts dont un psychiatre compétant dans le domaine cybernétique,Speakeasy s'était attribué une personnalité mettant fin à la loterie sémantique qui lui était auparavant structurelle et qui tapait sur les nerfs de son entourage,il se montrait discret,coopérant,prévenant et avait décrété qu'il s'appelait "Arthur" .

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire