dimanche 8 juin 2014

Portable obligatoire (2017/MNDF)

Quand Nicolas Sarkozy fut réélu comme prévu en 2017,il lui fallut bien trouver des moyens pour renvoyer l’ascenseur à ses généreux mécènes,ceux qui avaient permis à l’intéressé d'élever ses frais de campagne à un niveau stratosphérique tout en restant officiellement dans les clous.
Le plus prodigue de ses aigrefins fut la société B qui,malgré le fait qu'elle se soit fait piteusement souffler le marché des constructions nucléaires en Corée par Samsung* parvint à arroser copieusement le candidat des nantis et des personnes âgées.
Vu la réputation sulfureuse de B dans le domaine de la construction,surtout quand ça demandait un minimum de technicité,il était inutile de songer à accorder artificiellement un marché de prestige à ces tacherons;il y aurait bien une ou deux barres d'immeubles de crève la dalle à rénover,quelques complexes pénitentiaires privés à sortir de terre mais,il valait en fait,pour ne pas provoquer  un inutile scandale  mieux se rabattre sur ce que B faisait de moins mal:la téléphonie.
Hors comment privilégier B dans ce marché alors que quasiment tous les français possédaient déjà divers forfaits et une foultitude de gadgets connectés émanant de pléthore de fournisseurs?
Sarkozy eut alors une idée de génie:il fallait asservir divers services de l’État au fonctionnement de logiciels spécifiques;rassembler ces applications au sein d'un même appareil qui pourrait servir de carte d’identité,de passeport,de carte vitale et qui pourrait grâce à un décret idoine fournir en temps réel la localisation de tous les citoyens.
B serait l'unique possesseur et concepteur de ces logiciels pour la République ,les consommateurs auraient alors deux options à leur disposition:soit faire l'acquisition d'un portable ou d'une tablette B et bénéficier gratuitement de tous ses services,soit rester avec son opérateur et son fabricant historiques et devoir payer quelques dizaines de centimes de dollars (l'euro et le dollar ont fusionné début 2018 suite à des tractations douteuses) ,option vite agaçante et dispendieuse.

Grâce à ce stratagème,l'entreprise B autrefois exsangue repris du poil de la bête,Nicolas Sarkozy fut de nouveau grassement sponsorisé en 2022 contre la promesse d'un plan de relance du nucléaire traditionnel en 2024 grâce à l'emploi de travailleurs forcés issus des prisons B;c'est beau la démocratie!

*:véridique!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire