samedi 13 décembre 2014

Les maillots roses (Chroniques...)

Lecture déconseillée aux moins de seize ans 



Quand Cynthia se retrouva en première année de médecine,elle s’aperçut très rapidement que sa situation n'était pas tenable financièrement.
Après à peine quinze jours passés dans son appartement miteux à l'insonorisation hasardeuse  la viande et certains produits frais avaient déjà déserté son assiette.
Demander de l'aide à ses parents d'origine très modeste et peu au courant des besoins de base d'une jeune adulte était hors de question,il fallait donc trouver une source supplémentaire de revenus.
Hors,travailler quand on consacre déjà au bas mot une cinquantaine d'heures à ses études était  une chose à priori impossible,certains étudiants essayaient bien de jongler entre des emplois merdiques sous payés et leur cursus mais ils finissaient immanquablement pour les moins robustes d'entre eux par sécher quelques cours et par être ensuite incapables de rattraper leur retard.
Chroniquement fauchée,Cynthia parvenait quand même à s'accorder une petite pose en allant une ou deux fois par semaine à la piscine assez proche de l'université,elle savait mieux que quiconque les ravages que pouvaient faire une activité sédentaire et la malnutrition réunis.

C'est en constatant qu'elle essuyait parfois des regards bien gras et bien salaces de certains usagers décrépits ou peu avantagés par Dame Nature que l'étudiante eut le déclic:pourquoi n'accorderait elle pas quelques moments de détente à ces sacs avariés en échange d'une aide plus ou moins substantielle pour ses études,ça serait toujours mieux et moins chronophage que d'enfourner des frites à longueur de journée ou que de subir la mauvaise humeur et le sabir incompréhensible des cas sociaux clients fidèles des hard-discount.
De toues façons,Cynthia était frigide et l'acte sexuel se réduisait pour elle à une sorte de massage à la con avec une composante organique vaguement dégoutante,il suffirait de fermer les yeux et de s'imaginer batifoler avec une de ses amies, pas que ça change fondamentalement quelque chose au résultat final mais au moins,avec une femme,c'est quand même moins trash..

Vouloir proposer ce genre de services est une chose mais parvenir à le faire sans s'attirer les foudres des autorités et en restant dans un registre modérément vulgaire en est une autre,c'est en passant devant le Hello Kitty Market que Cynthia eut son deuxième déclic:elle allait s'acheter un maillot de bain rose,pas du rose délicat mais du rose bonbon, du rose tutu qui se voit à des kilomètres ,puis,sur le blog qu'elle aurait créé pour l'occasion,elle expliquait la signification de ce vêtement minimaliste qui dévoilerait juste ce qu'il faut de son anatomie pour que les amateurs puissent constater la fraîcheur et la fermeté du produit.
L'hôpital de la ville étant une véritable passoire en termes de sécurité,les clients pour peu qu'ils s'encombrent par précaution d'une plante verte ou d'un sachet de viennoiseries pourraient profiter de ses services dans un environnement certes sinistre mais à la propreté irréprochable.

Contente de sa trouvaille,Cynthia se rendit le lundi suivant à la piscine municipale.
Là,deux demoiselles appétissantes vêtues de maillots roses attendaient sagement que quelqu'un leur adressât la parole...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire