lundi 19 janvier 2015

Figurant de supermarché (3 ème partie) (MNDF/2017)

-J'ai pensé à un système tout simple:le client est convaincu d'une qu'il n'a pas assez d'argent pour consommer et d'autre part que ses pérégrinations dans les rayons ne sont qu'une vulgaire perte de temps,temps qui lui est précieux car entre le boulot,les gosses à amener à l'école et les grands parents qui partent en copeaux...Mais là,si on PAYE ces blaireaux pour qu'ils fassent leurs achats,ils vont être RAVIS-mauvais regard de biais-
-Je vous sent sceptique.
-Eh,moi,je n'ai rien dit ,hein...
-Le deal est très simple:une heure de présence dans le magasin égale dix euros en moins sur le caddie,une heure:dix euros,trois heures:trente euros ,tentant non?
-Trois heures?
-Je vous explique:il est clair qu'on ne peut pas se balader avec du frais pendant plusieurs dizaines de minutes sans que la marchandise ne se perde pour nous et pour le client;de plus,s'il reste trop longtemps en place avec toujours les mêmes articles sans rien ajouter,notre pigeon va se faire démasquer ou passer pour un psychopathe ce qui aura le même effet:faire fuir les paranoïaques,y'en a beaucoup en ce moment des paranoïaques;alors on triche.
En une fraction de seconde,le gus était déjà debout et avait empoigné mon bras droit d'une main ferme,j'avais dû louper un épisode...
-Suivez moi!
On redescendit l’escalier métallique par lequel j' étais monté avec une allure dont je ne me serait pas cru capable ,tournant à gauche et franchissant de larges pans de plastique lourd et transparent,je me retrouvais devant une véritable usine à gaz,un truc de fou:il y avait comme un mini magasin dans les entrepôts du magasin.
Des individus tout à fait quelconques arrivaient tranquillement avec des paniers et des caddies puis,sous la surveillance de plusieurs caméras et capteurs déposaient précieusement leurs articles dans les lieux de stockage idoines.Ils repartaient ensuite par le même chemin comme si ceci était parfaitement normal avec leurs contenants.
Au bout de deux minutes et après la mise en route de trois petits gyrophares situés devant des rayons apparemment pleins,une manutentionnaire munie d'un chariot à étages pris possession des articles signalés et franchit ensuite une autre série de lames plastifiées menant sur une autre pièce.J'étais abasourdi.
-Comme je vous le disait,mon idée de figuration rémunérée ne peut fonctionner que si l'on abîme pas nos propres produits et si les clients ne sont pas trop statiques.Donc,on ORGANISE leurs déplacements:quand le figurant arrive ici,on lui donne une feuille de route,une sorte de liste de produits à récupérer,le figurant choisit sa durée de parcours:vingt minutes,une demi-heure et vaque ensuite à ses occupations.Quand il en a marre,il le signale en passant une carte magnétique ici-il me montre une espèce de borne SNCF-et la borne lui délivre un bon d'achat correspondant à la longueur de sa prestation avec une prime de vingt minutes s'il décide ensuite de faire réellement ses courses .
Comme vous l'avez sans doute compris,tout ce qui arrive ici repart rapidement dans les rayons et le but des listes précises à mémoriser -si possible- est de ne pas se retrouver submergé par cinquante exemplaires de la même camelote,toute cette affaire est gérée par INFORMATIQUE,la présence additionnelle se voit à la fois à l’intérieur mais aussi à l'extérieur grâce aux véhicules,JE SUIS UN PUTAIN DE GÉNIE!
Mon interlocuteur cessa enfin de transpirer et de s'agiter comme un possédé,la voix redevint étonnamment calme,courtoise,professionnelle
-Mon cher ami,je dois vous confesser que tout ceci n'est pour l'instant que dans une phase expérimentale,mes supérieurs m'ont tout l'air de me prendre pour un ahuri mais ce n'est pas grave,je leur ferait balayer les chiottes quand les résutats à deux chiffres tomberont!
Je ne peut pas pour l'instant lancer des offres d'emploi conventionnelles et je dois donc faute de mieux avoir recours à des méthodes alternatives de recrutement.
Il me tendit une sorte de carte de crédit assortie à la borne qui était devant nous.
-Vous commencez dans dix minutes,me dit il d'un ton sans réplique.
Je mis la carte dans l’appareil.
Derrière moi,je vis l'immense Black monter avec un autre individu qui allait sans doute se farcir le même speech...


1 commentaire: