lundi 16 février 2015

"Ceci n'est pas mon corps"(2017/MNDF) 1ère partie

Jusqu'en été 2027,l’Europe de l'Ouest et par extension,tout l'Hémisphère Nord s'en était relativement bien tiré au niveau climatique hormis quelques fantaisies hydrologiques locales entraînant glissements de terrain et inondations imputables d'ailleurs en partie à l'avidité et l'incompétence de promoteurs immobiliers véreux et d'élus locaux corruptibles.
Ceci s'explique tout d'abord par un petit pic d'activité volcanique-entre 2011 et 2019- qui entraina l'envoi dans les couches médianes de l'atmosphère de micro particules qui eurent comme effet principal de renvoyer une partie du rayonnement infrarouge du soleil vers l'extérieur.Un bonheur n'arrivant jamais seul,l'activité solaire fut inexplicablement au ralenti-ralenti relatif puisqu'on parle de quelques pour cent-entre 2009 et 2027.Le troisième facteur vertueux fut l'accroissement de la biomasse des forêts Européennes,Russes et Nord-Américaines qui permirent paradoxalement une captation accrue du CO2,gaz déclencheur au départ de ce phénomène.
Inutile de préciser que parmi les climato-sceptiques ,c'était la fête du slip! 

C'est au printemps 2028 que l'on eu le droit enfin à ce que l'on méritait puisqu'on décrocha la combinaison gagnante,le tiercé dans l'ordre et même un petit bonus;la totale...
Le soleil décida abruptement de finir sa sieste fin 2027 mais bien entendu,les scientifiques ne bougèrent pas un orteil arguant que ce regain n'était pas statistiquement significatif.
Les particules fines volcaniques avaient fini par nous retomber dessus sournoisement parce que les lois de la gravitation c'était pas fait pour les chiens.
Les végétaux en rut avaient fini par ce calmer,assommés par cette orgie de nutriments,ils commençaient à pourrir,moisir comme un vieux SDF qui aurait trop forcé sur le pinard bas de gamme.
Déjà au bord de l'asphyxie avant ces évènements,l'océan acidifié à mort par des retombées délirantes de gaz carbonique décida de ne plus en absorber une particule-marre qu'on me prenne pour une poubelle,débrouillez vous,bande de crevards-
Donc ça commença vite à chauffer dès le mois de mars.En avril,il n'y eu plus la moindre trace des vénérables glaciers Alpins et Pyrénéens,en Espagne,les orangers et les mandariniers commencèrent à crever de soif malgré une pluviométrie correcte,la Toundra fut envahie par les moustiques,on eut les premiers cas de paludisme à quelques centaines de kilomètres de l'Oural,pas cool...
En mai,ça devint intenable,pas la peine de compter sur le mais,le blé était déjà jaunâtre,même les betteraves à sucre et la vigne commençaient à tirer la gueule ce qui ne s'était pas vu depuis le début des années 70.

Ce malheur qui amena la moitié de l'hémisphère nord au bord de la guerre civile fut dans un cas particulier habilement exploité par ceux pour qui justement ces conditions climatiques hors normes n'étaient plus depuis longtemps un problème ,les ingénieux Qataris.
S'ils s'étaient fait éliminer au premier tour de la coupe du monde comme de vulgaires pouilleux,les Qataris avaient par contre su s'adapter depuis des décennies à l'univers infernal que constituait leur territoire,inventant,sortant ex nihilo des îlots de verdure high tech dans un environnement où un être humain normal livré à lui même ne pouvait escompter survivre plus de 24 heures.
Ils allaient pouvoir rentabiliser au delà de leurs rêves les plus fous le rachat des maisons Bollinger ,Mumm et Tetlinger en organisant dans les caves historiques des évènements tendance mélangeant la décadence festive la plus totale et les règles les plus élémentaires de la survie en milieu hostile.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire